in , ,

Piano furioso Opus 2: le boeuf de Mozart, Ray Charles et Michel Sardou

Piano furioso Opus 2

Avis au mélomanes! Gilles Ramade et son piano sévissent jusqu’au 31 décembre 2017 à l’Apollo Théâtre, à quelques encablures de la place de la République, à Paris, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce spectacle nous donne une pêche d’enfer. Entre humour décalé et envolées lyriques, ce one man show d’une heure dix nous fait voyager sur des gammes et des notes enjouées.

La difficulté d’être un artiste

Devenir un musicien accompli, quel calvaire! C’est en creux ce que semble nous dire le pianiste, évoquant tour à tour les cours de solfège, les professeurs ubuesques, les gammes à n’en plus finir, mais aussi l’arrivisme d’un auteur qui, avec dix notes, crée la musique publicitaire de Findus et devient millionnaire, ou encore l’échouement désenchanteur dans les pianos-bars, qui nous rappelle le Sebastian, interprété par Ryan Gosling, de la comédie musicale Lalaland.

Ces épreuves, comme autant d’étapes dans l’ascension du sommet de la gloire, sont contées avec un humour rageur et féroce, parfois à la limite du bon goût, n’épargnant personne, dont le public, invité à participer, telle cette femme se débattant avec une housse de couette imprimée de gammes, que Gilles Ramade s’est mis en tête de nous interpréter.

Et la musique fut

Dans ce tourbillon de fantaisie et d’hilarité, on en oublierait presque la musique, personnage central du show. Mais le maestro est là pour nous rappeler la force transcendantale d’une mélodie, lui qui travailla le piano avec Bruno Rigutto et Pierre Sancan, et qui est lauréat des classes d’art lyrique, de chant, de solfège en 1988 du CNR de Toulouse. Artiste polymorphe, il déploie tout son talent pour démocratiser et rendre accessible à son auditoire un instrument souvent jugé élitiste, sans pour autant le désacraliser. Il suffit de l’écouter revisiter les répertoires de Bethoveen, Bach (le dieu de la musique classique) ou Mozart (son prophète) pour que la salle se retrouve plongée dans une extase christique, ou encore qu’il convoque les esprits de Ray Charles et de Stevie Wonder pour déclencher des applaudissements à tout-va.

 

En confrontant des mondes musicaux qu’on croyait aux antipodes, voire irréconciliables, Gilles Ramade et son co-auteur, l’humoriste Jérémy Ferrari, nous dévoilent les innombrables facettes de la galaxie piano, constituée de planètes riches et variées, et nous entraînent dans un spectacle musical jubilatoire et passionnant.

What do you think?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

rohff soldat

Rohff dans sa “dernière” vidéo “Soldat”

ktm spaike lion

KTM : Le nouveau projet one riddim de Spaike Lion